Littérature : « Moby Dick » Herman Melville

-_Moby-DickL’Histoire : Le jeune Ismaël décide de reprendre la mer pour fuir l’ennui. Il choisit cette fois de s’embarquer sur un baleinier. Il rejoint l’équipage du Péquod, aux commandes duquel sévit un redoutable capitaine. Celui-ci, le capitaine Achab, a eu une jambe arrachée par Moby Dick, une gigantesque baleine blanche. Son seul but est de la retrouver et de la tuer. Il entraîne ainsi son équipage à travers une incroyable et obsessionnelle course poursuite sur toutes les mers du globe.

Se confronter au texte de « Moby Dick », paru en son intégralité dans l’édition Phébus ici présente, c’est vouloir affronter un véritable mythe de la littérature américaine et, disons le tout de go, mondiale écrit par l’aventureux Herman Melville dont la vie est non moins passionnante que ses romans. Sorti en 1851, cet ouvrage aujourd’hui reconnu comme étant un des sommets créatifs de son auteur (qui lui-même le considérait comme son chef d’oeuvre !) ne fût point reçu avec les mêmes éloges au moment de sa sortie et ce quasiment jusqu’au centenaire de sa parution. Melville devait souffrir toute sa vie de cet échec lui qui finit par mourir dans un anonymat presque complet en septembre 1891 à New York (ville de sa naissance en 1819). Un seul journal lui consacra une notice nécrologique de trois ou quatre lignes ! « Moby Dick » est un ouvrage d’une rare puissance d’évocation, un hymne à l’océan, aux cachalots pourchassés tout au long de ce récit, d’une précision infinie quant aux usages de la pêche aux cachalots et autres baleines franches dans tous les océans du monde. Un drôle de livre, une somme qui de digression en digression tout au long de l’histoire, nous plongent dans les méandres de cette pêche, de cette lutte dantesque entre l’homme et la nature indomptable symbolisée par la personne de ce cachalot blanc, Moby Dick. Le savoirherman-melville encyclopédique de l’auteur qui tel Gargantua accumule pour notre connaissance des quantités astronomiques de détails sur cette expérience de la pêche (qu’il a très bien connu puisqu’il fût lui-même marin durant bien des années avant de se mettre à écrire) nous donne le sentiment d’être en face d’une oeuvre prodigieuse et totale. Ce n’est pas un livre évident à aborder car il est effectivement chargé d’une telle symbolique, qui dépasse même le mythe propre de Moby Dick, qu’il est parfois difficile de retenir cette foule de détails tout sauf insignifiants. La quête du capitaine Achab est aussi une réflexion sur l’obsession, sur le thème du bien et du mal, sur la folie enfin d’un homme qui entraîne tout son équipage et son vaisseau à sa perte. L’écriture est sublime, élégante mais aussi endiablée lorsqu’il s’agit de conter les délires et autres élucubrations de ce capitaine fou d’Achab, mais également tour à tour poétique, drôle, bliblique, dantesque ! La fin est absolument prodigieuse même si connu de tous, l’apocalypse Achabien est à la hauteur d’un ouvrage qui distille tout au long de son récit, érudition, humour, réflexions philosophiques et autres équations naturalistes à faire pâlir les tenants de la nouvelle rentrée littéraire française ! Un livre populaire et énigmatique, conciliant les deux publics dans son élégante majesté, un vaisseau fantôme qui poursuit son sillage et continue d’embarquer port après port les lecteurs qui ont, juste récompense, établi le mythe de « Moby Dick » permettant à Melville de célébrer d’outre tombe le statut aujourd’hui légendaire de son chef d’oeuvre ! Ma note:♥♥♥♥♥/5.

neely, 7/24/07, 11:02 PM,  8C, 4114x10331 (2548+250), 138%, Repro 2.2 v2,  1/40 s, R59.8, G56.3, B76.5

moby-dick27.024000,27.024000

 

Cinéma : « Mission Impossible – Rogue Nation » avec Tom Cruise

245552

L’Histoire : L’équipe IMF (Impossible Mission Force) est dissoute et Ethan Hunt se retrouve désormais isolé, alors que le groupe doit affronter un réseau d’agents spéciaux particulièrement entraînés, le Syndicat. Cette organisation sans scrupules est déterminée à mettre en place un nouvel ordre mondial à travers des attaques terroristes de plus en plus violentes. Ethan regroupe alors son équipe et fait alliance avec Ilsa Faust, agent britannique révoquée, dont les liens avec le Syndicat restent mystérieux. Ils vont s’attaquer à la plus impossible des missions : éliminer le Syndicat.

Réalisateur de « Jack Reacher » Christopher McQuarrie poursuit sa collaboration avec la star des stars Tom Cruise alias Ethan Hunt pour les intimes (et ils sont nombreux) de ce « Mission impossible – Rogue Nation ». Cette licence Mission impossible est à Tom Cruise ce que « Iron Man » est à Robert Downey Jr, une poule aux oeufs d’or, un filtre d’éternel jouvence. Car oui Tom ne vieillit pas comme nous simples mortels que nous sommes. Son visage ne paraît à nul moment dans ce « Mission Impossible » différent de ce qu’il était dans l’épisode IV, III et je pourrais continuer ainsi longtemps. Pour Tom Cruise « Mission Impossible » c’est SA franchise à succès après quelques essais dans le domaine de la science fiction (avec notamment « Oblivion » et « Edge Of Tomorrow« ) qui n’ont pas été très concluant tant artistiquement qu’à la vue de leurs succès mitigés. Mais impossible n’est pas Tom Cruise, la star qui n’a d’égale en terme de notoriété et de succès que chez les Brad Pitt et autres Léonardo Di Caprio nous reviens plus en forme que jamais. Ils sont une poignée dans le monde a pouvoir monter sur leur seul nom des projets à plusieurs centaines de millions de Dollars. Lâché par l’un des plus célèbre Studio de production de films du monde il y a déjà un paquet d’années de cela, Cruise a choisi (et c’est tout à son honneur) de défendre une certaine idée du spectacle, du cinéma avec ses excès (oui il triomphe de tout tout le temps, oui son jeu est toujours le même depuis le début, oui il prend des poses que seul lui ose, oui c’est un mégalomane scientologue..) mais également avec ses côtés attachants (son perfectionnisme, son soucis d’un divertissement à l’ancienne où les cascades sont encores réalisées par la star elle-même, son audace, son amour du cinéma qui est indéniable, son amour du public..). Tom Cruise reste égale à lui-même dans ce cinquième épisode de la saga. Si vous ne l’aimez pas passez votre chemin mais si vous aimez l’action, le sens du spectacle, son lot de séquences de poursuites et autres cascades toutes plus folles les unes que les autres qui vous clouent au fauteuil (ah cet avion ! ), une histoire qui ménage un suspense au cordeau et l’adrénaline au sommet, si vous aimez enfin la belle et talentueuse Rebecca Ferguson qui donne un sacré coup de fouet à la licence, ce Mission Impossible risque de sacrément vous plaire. Plus fort, plus haut, plus beau (pour reprendre le titre du dernier LP de Florence and The Machine) ce cinquième opus fait honneur au cinéma de divertissement avec un blockbuster survitaminé comme on en voit malheureusement trop peu. Un sommet de l’entertainment. Ma note:♥♥♥♥♥/5.

Tom Cruise plays Ethan Hunt in Mission: Impossible Rogue Nation from Paramount Pictures

508090

424338

Blu-ray : « Mad Max Fury Road » de George Miller – « Inherent Vice » de Paul Thomas Anderson

215297L’Histoire : Hanté par un lourd passé, Mad Max estime que le meilleur moyen de survivre est de rester seul. Cependant, il se retrouve embarqué par une bande qui parcourt la Désolation à bord d’un véhicule militaire piloté par l’Imperator Furiosa. Ils fuient la Citadelle où sévit le terrible Immortan Joe qui s’est fait voler un objet irremplaçable. Enragé, ce Seigneur de guerre envoie ses hommes pour traquer les rebelles impitoyablement…
« Mad Max Fury Road » est à coup sûr l’un des films majeurs sortis en cette année 2015. George Miller signe ici une œuvre cohérente qui assouvit nos pulsions destructrices avec ce road movie pop corn survitaminé. C’est beau, c’est grand et cela donne un rôle en or à un duo d’acteur au diapason avec Tom Hardy en Mad Max et surtout celle qui crève l’écran, la sculpturale Charlize Theron avec son crâne rasé et ses yeux d’un bleu paradisiaque qui crève littéralement l’écran. Alors oui le scénario tient sur un bout de papier grand comme un timbre poste mais qu’il est bon de voir ce film tourné à l’ancienne résister aux sirènes du tout numérique. Le rythme est haletant et l’ensemble des scènes d’action procure un plaisir certain. J’étais bien trop jeune pour connaître la saga Mad Max à sa sortie au cinéma dans les années 1980. J’ai rattrapé le temps perdu depuis et peux d’ors et déjà vous dire que je réserve ma place pour la suite de ce Mad Max Fury Road réussie en tout point. Un des films de l’année à n’en pas douter.
Ma note:♥♥♥♥♥/5.

FURY ROAD FURY ROADFRD-09299.JPG

451545L’Histoire : L’ex-petite amie du détective privé Doc Sportello surgit un beau jour, en lui racontant qu’elle est tombée amoureuse d’un promoteur immobilier milliardaire : elle craint que l’épouse de ce dernier et son amant ne conspirent tous les deux pour faire interner le milliardaire… Mais ce n’est pas si simple… C’est la toute fin des psychédéliques années 60, et la paranoïa règne en maître. Doc sait bien que, tout comme « trip » ou « démentiel », « amour » est l’un de ces mots galvaudés à force d’être utilisés – sauf que celui-là n’attire que les ennuis.

La réunion au sommet du duo magique du cinéma indépendant US a sur le papier tout pour me séduire. Paul Thomas Anderson, réalisateur culte et Joaquin Phoenix l’acteur surdoué qui ne surjoue pas (n’est ce pas Tom Hanks..). Déjà réuni sur « The Master », le duo nous sort ici « Inherent Vice » et j’ai envie de vous dire que c’est pour le meilleur et malheureusement surtout pour le pire. Oui, Joaquin Phoenix est génial dans son rôle de baba cool fumeur de Haschich et autres substances hallucinogènes, oui la reconstitution est au petit oignon mais par pitié qui a bien pu comprendre le scénario et l’histoire, la trame de ce film, de ce trip devrais je dire sans queue ni tête. La complexité était déjà de mise dans « The Master », film plutôt réussi mais aux relents de premier de la classe en audiovisuel. J’ai vraiment le sentiment que depuis le sublime « There Will Be Blood », P.T. Anderson fait tout son possible pour rendre ses films uniquement appréciables pour les critiques des cahiers du cinéma. Ce côté élitiste et disons le tout de go creux me déplait parce qu’il privilégie la forme au fond. « Inherent Vice » aurait pu constituer un sommet de l’art de P.T. Anderson mais las nous voici embarqué au côté d’un Joaquin Phoenix et d’une brochette d’acteurs de talents certes mais qui semble ne pas comprendre davantage que nous spectateurs les tenants et les aboutissants de ce film. Alors certes tout le talent est peut-être là, suivre un film et ne rien y comprendre pour le plaisir de ne rien y comprendre peut sembler être un aboutissement pour un auteur qui se déconnecte peu à peu de ce qui a fait la grandeur d’un cinéma qui au temps de sa splendeur ne laissait personne sur le bord du chemin. Une déception. Ma note:♥♥1/2   /5.

INHERENT VICE 120119 204006

Littérature : « Crime et Châtiment » de Dostoïevski

141314L’Histoire : A Saint-Pétersbourg, en 1865, Raskolnikov, un jeune noble sombre et altier, renfermé mais aussi généreux, a interrompu ses études faute d’argent. Endetté auprès de sa logeuse qui lui loue une étroite mansarde, il se sent écrasé par sa pauvreté. Mais il se croit aussi appelé à un grand avenir et, dédaigneux de la loi morale, se pense fondé à commettre un crime : ce qu’il va faire bientôt – de manière crapuleuse. Publié en huit livraisons par Le Messager russe au cours de l’année 1866, le roman de Dostoïevski montre en Raskolnikov un témoin de la misère, de l’alcoolisme et de la prostitution que l’auteur décrit sans voiles, un criminel aussi qui ne sait trop pourquoi il l’est devenu, tant les raisons qu’il s’invente pour agir sont contradictoires. Mais la tragédie n’exclut pas la vision d’une vie lumineuse, et le châtiment de son crime va lui permettre un long cheminement vers la vérité, et la renonciation à sa mélancolie brutale. Après quoi sera possible ce que l’épilogue annonce : l’initiation de Raskolnikov à une réalité nouvelle, le passage d’un monde à un autre monde.

« Crime et Châtiment » est une œuvre majeure et l’une des plus célèbres de Dostoïevski. Il a été publié en 1866. Se confronter à un tel livre c’est s’ouvrir les portes d’une connaissance plus approfondie des tréfonds de l’âme humaine, c’est également comprendre les ressorts et les conséquences psychiques, existentiels et physiques sur la personne de Raskolnikov suite au double meurtre commis par ce dernier. La question du salut, de la rédemption, du pardon, de la souffrance humaine et métaphysique est au cœur de ce livre d’une modernité étonnante. La description de l’état de déréliction de cette société russe, des différentes composantes qui s’y affrontent, de la misère crasse qui y règne, des errements propres à une nouvelle génération dont Raskalnikov fait partie, porteuse d’idéaux et de valeurs plus proches de Friedrich von Schiller que des penchants autoritaires du tsarisme en Russie, tout cela donne à voir la complexité de ces vies. La profondeur et la finesse psychologique des personnages dépeints par Dostoïevski sont saisissantes et apportent à l’ensemble une richesse à nulle autre pareil. Livre témoin de la folie des hommes, questionnement autour des notions de bien ou de mal, réflexion sur l’importance du pardon à l’heure où les noirceurs de l’âme humaine semblent ne jamais vouloir s’arrêter, confession d’un jeune homme sur son siècle matrice des grands crimes contre l’humanité qui se succéderont par la suite, « Crime et Châtiment » est un roman somme et visionnaire à lire absolument.

Ma note:♥♥♥♥♥/5.

ca. 19th century --- Portrait of Russian novelist Feodor Dostoyevsky (1821-1881).  Undated photograph. --- Image by © Bettmann/CORBIS

starushka-i-raskolnikov

Raskolnikov

Cinéma : « Vice Versa » de Pete Docter

571071L’Histoire : Au Quartier Général, le centre de contrôle situé dans la tête de la petite Riley, 11 ans, cinq Émotions sont au travail. À leur tête, Joie, débordante d’optimisme et de bonne humeur, veille à ce que Riley soit heureuse. Peur se charge de la sécurité,  Colère s’assure que la justice règne, et Dégoût empêche Riley de se faire empoisonner la vie – au sens propre comme au figuré. Quant à Tristesse, elle n’est pas très sûre de son rôle. Les autres non plus, d’ailleurs… Lorsque la famille de Riley emménage dans une grande ville, avec tout ce que cela peut avoir d’effrayant, les Émotions ont fort à faire pour guider la jeune fille durant cette difficile transition. Mais quand Joie et Tristesse se perdent accidentellement dans les recoins les plus éloignés de l’esprit de Riley, emportant avec elles certains souvenirs essentiels, Peur, Colère et Dégoût sont bien obligés de prendre le relais. Joie et Tristesse vont devoir s’aventurer dans des endroits très inhabituels comme la Mémoire à long terme, le Pays de l’Imagination, la Pensée Abstraite, ou la Production des Rêves, pour tenter de retrouver le chemin du Quartier Général afin que Riley puisse passer ce cap et avancer dans la vie…

« Vice Versa » est le dernier chef d’œuvre en date signé Pixar. Réalisé par Pete Docter qui officiait déjà sur « Là Haut » autre très belle réussite du studio, ce nouveau long métrage permet à Pixar de reprendre sa marche en avant après quelques films moins transcendants. Le miracle de Pixar s’est celui de s’adresser à tous les publics sans transiger avec la qualité intrinsèque de l’œuvre. Pointu et universel, l’ensemble suscite tour à tour le rire et l’émotion. Les enfants, les adolescents, les adultes mêmes, tous peuvent s’y retrouver et communier face au spectacle présenté ici. C’est intelligent et divertissant, un tour de force qui est la marque de fabrique de Pixar. Véritable madeleine proustienne, « Vice Versa » rejoint au panthéon de l’animation les « Wall E » et autres « Là Haut ». Du très grand cinéma qui mérite que vous lui accordiez un peu de votre temps. Vous ne le regretterez pas. Ma note:♥♥♥♥♥/5.

INSIDE OUT078314Joy (voice of Amy Poehler) and Sadness (voice of Phyllis Smith) catch a ride on the Train of Thought in Disney?Pixar's

Littérature : « Papillon de nuit » de R.J. Ellory

papillon-de-nuit-elloryL’Histoire : Après l’assassinat de John Kennedy, tout a changé aux États-Unis. La société est devenue plus violente, la musique plus forte, les drogues plus puissantes que jamais. L’Amérique a compris qu’il n’y avait plus un chef, un leader du pouvoir exécutif, mais une puissance invisible. Et si celle-ci pouvait éliminer leur président en plein jour, c’est qu’elle avait tous les pouvoirs. C’est dans cette Amérique en crise que Daniel Ford a grandi. Et c’est là, en Caroline du Sud, qu’il a été accusé d’avoir tué Nathan Vernet, son meilleur ami. Nous sommes maintenant en 1982 et Daniel est dans le couloir de la mort. Quelques heures avant son exécution, un prêtre vient recueillir ses dernières confessions. Bien vite, il apparaît que les choses sont loin d’être aussi simples qu’elles en ont l’air. Et que la politique et l’histoire des sixties ne sont pas qu’une simple toile de fond dans la vie de Daniel, peut-être lui aussi victime de la folie de son temps.

« Papillon de nuit » est le tout premier roman de RJ Ellory (auteur que je ne présente plus) et il est publié par Sonatine. On y retrouve déjà les prémices de ce qui fera le succès de son auteur, le tout avec bien sûr les scories, les manques inhérents à une toute nouvelle œuvre. Oui ce premier ouvrage est on ne peut plus emblématique dans sa façon d’aborder en toile de fond les événements qui ont secoués les États-Unis des années 1960 au début des années 1980 : les frères Kennedy, le racisme, la lutte pour les droits civiques, le Klu Klux Klan et ses relents nauséabonds, la guerre du Vietnam, le Watergate mais aussi les drogues psychédéliques, les hippies, la corruption policière et judiciaire, bref vous l’aurez compris cela couvre un large spectre de cette histoire. C’est l’élément le plus intéressant chez Ellory qui revisite les grands mythes Américains. Néanmoins, il convient de relativiser quelque peu les talents de maître conteur hors pair du maître du thriller. Ici, les défauts sont visibles à mon sens car c’est un premier roman. Le récit manque parfois de rythme et les personnages de réel profondeur psychologique. J’ai vu mieux chez lui. Reste que l’atmosphère de cette période est parfaitement rendu et je dois avouer que la fin (quoique je l’ai deviné) est efficace à défaut d’être transcendante. Ce « Papillon de nuit » ne tient pas toutes ses promesses mais il reste cependant suffisamment bien ficelé pour nous faire passer un bon moment. On y devine quelques fulgurances qui déjà annoncent les promesses de ses futurs écrits. Ma note:♥♥♥♥  /5.

@@*@@*ADVANCE FOR WEEKEND OF AUG 20–21 @@*@@*FILE @@*@@* Alabama state troopers swing nightsticks to break up the "Bloody Sunday" voting march in Selma, Ala., in this March 7, 1965, file photo. John Lewis, front right, of the Student Non–violent Coordinating Committee is put on the ground by a trooper. The Southern Christian Leadership Conference is inextricably tied to some of the civil rights movement's greatest accomplishments, from the 1963 March on Washington to the "Bloody Sunday" march that led to the Voting Rights Act of 1965. Under the leadership of co–founder Martin Luther King Jr., the organization became a leading voice of a generation galvanized by sit–ins, protests and freedom rides.(AP Photo/File)

55217993 VfuyYp3vsGiSruzzR4FlDAasl-E

Littérature : « Dans le grand cercle du monde » de Joseph Boyden

713NVYkxIoLL’Histoire : Un jeune jésuite français est venu avec d autres en Nouvelle-France évangéliser les Indiens. Il n est là que depuis un an quand ses guides l abandonnent et le laissent à la merci des Iroquois lancés à leurs trousses. Ainsi commence pour le jeune homme une odyssée incroyable où très vite les Hurons le font prisonnier à leur tour ainsi qu une jeune captive iroquoise à la personnalité mystérieuse. Leur ravisseur, un grand guerrier qui a perdu toute sa famille, sait qu un grand et nouveau danger menace son peuple.

Il y a comme l’ADN de « Mission » le formidable film de Roland Joffé avec Robert de Niro et Jeremy Irons au cœur du dernier ouvrage de Joseph Boyden « Dans le grand cercle du monde ». L’histoire n’a bien sûr pas le même cadre géographique (l’Amérique latine des Indiens Guaranis pour le premier, le Canada français et les Hurons pour le second) ou temporel (le XVIIIème siècle pour « Mission » et le XVIIème siècle pour Boyden) mais l’on y retrouve le rôle des Jésuites en mission d’évangélisation des peuples Amérindiens ainsi que la même sensibilité, le même souffle épique dans les deux œuvres. On y croise Samuel Champlain (1567-1635) à Québec et l’on découvre avec un immense plaisir la vie des hurons sur leurs terres, leurs coutumes, leurs traditions, leur façon bien à eux d’être au temps, d’être au monde dans cette première moitié du XVIIème siècle. On y trouve également (et Boyden le reconnaît à la fin de son ouvrage) une source d’inspiration très proche des « Écrits en Huronie » de Jean de Brébeuf (1593-1649) (chroniqué il y a quelques années sur ce blog), missionnaire Jésuite qui vécu auprès des Hurons jusqu’à sa mise à mort atroce (brûlé vif) par les ennemis ancestraux de ces derniers les Iroquois (alliés des Anglais). C’est un monde à la complexité saisissante qui se joue devant nos yeux. Capables des pires cruautés et tortures comme d’un amour envers la nature confondant, les Amérindiens sont vus ici non sous le jour du bon ou du mauvais sauvage, mais sous le jour du regard que pouvait porter l’un sur l’autre les missionnaires et soldats Français Blancs et les Indiens. L’histoire des trois personnages principaux (un Jésuite, un chef guerrier Huron et une jeune fille Iroquoise de naissance) forme une fresque a peu d’égal. Le style comme à chaque fois chez Boyden est sublime, les rebondissements sont présents dans une atmosphère crépusculaire qui sied parfaitement à ce roman. On assiste à la chute d’un monde sous nos yeux. Boyden démêle avec un talent sidérant les écheveaux de ce combat perdu d’avance. La fin dont je ne vous dévoilerais bien entendu pas la teneur est d’une rare acuité quant aux enjeux soulevés à cette période en Nouvelle France. J’ai aimé passionnément ce livre qui est, et le mot n’est ici pas galvaudé, un immense roman au dépaysement garanti et à la violence assumée. Je vous le recommande chaudement. Ma note:♥♥♥♥♥/5.

champlain_battle2indiensoriginal.3965

Blu-Ray : « Ex Machina »

467751L’Histoire : À 26 ans, Caleb est un des plus brillants codeurs que compte BlueBook, plus important moteur de recherche Internet au monde. À ce titre, il remporte un séjour d’une semaine dans la résidence du grand patron à la montagne. Mais quand Caleb arrive dans la demeure isolée, il découvre qu’il va devoir participer à une expérience troublante : interagir avec le représentant d’une nouvelle intelligence artificielle apparaissant sous les traits d’une très jolie femme robot prénommée Ava.

Pour son premier long métrage Alex Garland nous plonge dans les arcanes de l’intelligence artificielle. Un thème qui n’est pas novateur puisqu’il est un grand classique des films d’anticipation depuis longtemps déjà. Prix du jury au festival de Gerardmer c’est avec une certaine curiosité que j’ai appréhendé ce « Ex Machina ». Est-il à la hauteur de sa réputation plutôt flatteuse ? Une idée certes pas neuve qui méritait un traitement pour le moins non conventionnel. Or c’est là que le bas blesse, le scénario est cousu de fils blancs, les dialogues se veulent intelligents mais ils ne suscitent au mieux qu’un ennui poli, au pire un sauve qui peut. Sous ce fatras philosophique de bazar, les décors, les effets spéciaux, tout semble froid et suffisamment calculé pour procurer telle ou telle réaction chez le spectateur. L’ensemble vous l’aurez compris ne convainc pas et ce n’est pas la performance des acteurs qui sauvera la mise ici. On la qualifiera de terne. Je reste poli. Une mise en scène ampoulée et par trop démonstrative, le film virant carrément au grotesque dans son dernier quart d’heure. A trop vouloir nous démontrer sa maestria, l’auteur sombre corps et âme dans cette succession de poncifs sur l’IA, nous livrant une œuvre suffisante, infatuée d’elle même. C’est évidemment rageant car ce sujet méritait mieux qu’une énième relecture en mode Télérama. Au secours !

Ma note:♥♥1/2     /5.

335536 441889448296

« L’homme révolté » Albert Camus – « Le collier rouge » Jean Christophe Rufin – « La Rebelle, femme médecin au Moyen Age » Valeria Montaldi 

camus_homme_revolteL’Histoire : Deux siècles de révolte, métaphysique ou historique, s’offrent justement à notre réflexion. Un historien, seul, pourrait prétendre à exposer en détail les doctrines et les mouvements qui s’y succèdent. Du moins, il doit être possible d’y chercher un fil conducteur. Les pages qui suivent proposent seulement quelques repères historiques et une hypothèse de lecture. Cette hypothèse n’est pas la seule possible ; elle est loin, d’ailleurs, de tout éclairer. Mais elle explique, en partie, la direction et, presque entièrement, la démesure de notre temps. L’histoire prodigieuse qui est évoquée ici est l’histoire de l’orgueil européen.
Les idées défendues dans cet essai majeur de l’œuvre d’Albert Camus « L’homme révolté » sont aujourd’hui admises par l’essentiel des intellectuels et hommes de bonne volonté du XXIème siècle. Pourtant, il est important de se souvenir combien il était courageux, périlleux dans ces années de l’immédiat après guerre, de s’engager philosophiquement contre tous les totalitarismes, contre les nations et le nationalisme. « L’homme révolté » publié en 1951, est le grand livre anti-totalitaire et antifasciste dans un temps où la plupart des intellectuels communient dans le totalitarisme marxiste léniniste. Le caractère anticapitaliste et anticommuniste de l’ouvrage lui vaut des inimités de la gauche, de la droite et des extrêmes bien sûr. Un essai aux accents prophétiques, impressionnant d’érudition, une relecture par Camus des évolutions de l’esprit de révolte, des penseurs qui l’ont façonnés. La révolte est abordée sous ses aspects métaphysique, historique, et artistique. Camus écrit dans l’introduction de « L’homme révolté » ces mots que je trouve sublime : «  Le jour ou le crime se pare des dépouillements de l’innocence, par un curieux renversement qui est propre à notre temps, c’est l’innocence qui est sommée de fournir ses justifications. L’ambition de cet essai serait d’accepter et d’examiner cet étrange défi. » Face aux attaques des surréalistes et de Sartre, Camus défend ainsi ses idées avec le courage de celui qui est seul contre tous ou presque. Pour Faulkner « Camus disait que le seul rôle véritable de l’homme, né dans un monde absurde, était de vivre, d’avoir conscience de sa vie, de sa révolte, de sa liberté. » Un Camus placé « à mi-distance de la misère et du soleil » comme il aimait à le rappeler. Au « Je me révolte, donc nous sommes », il ajoute, méditant de prodigieux desseins et la mort même de la révolte : « Et nous sommes seuls. » J’apprécie également tout particulièrement cette idée lumineuse qui semble si évidente où il nous invite à dépasser le nihilisme : « La vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent. » Un ouvrage qui nous ouvre les portes d’une réflexion qui aujourd’hui, plus que jamais, à toute sa place. Ma note:♥♥♥♥♥/5.

1L’Histoire : Dans une petite ville du Berry, écrasée par la chaleur de l’été, en 1919, un héros de la guerre est retenu prisonnier au fond d’une caserne déserte. Devant la porte, son chien tout cabossé aboie jour et nuit. Non loin de là, dans la campagne, une jeune femme usée par le travail de la terre, trop instruite cependant pour être une simple paysanne, attend et espère. Le juge qui arrive pour démêler cette affaire est un aristocrate dont la guerre a fait vaciller les principes. Trois personnages et, au milieu d’eux, un chien, qui détient la clef du drame… Plein de poésie et de vie, ce court récit, d’une fulgurante simplicité, est aussi un grand roman sur la fidélité. Être loyal à ses amis, se battre pour ceux qu’on aime, est une qualité que nous partageons avec les bêtes. Le propre de l’être humain n’est-il pas d’aller au-delà et de pouvoir aussi reconnaître le frère en celui qui vous combat ?

Jean Christophe Rufin est un auteur que j’apprécie tout particulièrement. « Le collier rouge » confirme le talent de ce dernier. L’histoire est toute simple mais ne manque néanmoins pas de profondeur, les personnages sont mus par des sentiments qui permettent d’aborder avec intelligence la question de la loyauté, de l’attachement. Ce contexte particulier de la fin du Premier conflit mondial est propice à cette mise en abîme. Peut-on rester fidèle à ses idéaux au risque de passer à côté de sa vie ? Doit-on tout sacrifier au nom d’un idéal, fût-il le plus beau ? L’ensemble est toujours aussi bien écrit, le récit est court et se lit avec délice. Une interrogation certes pas nouvelle mais qui est ici appréhendée avec une profonde intelligence. Ma note:♥♥♥♥♥/5.

2L’Histoire : Sous le règne de saint Louis, Caterina exerce la médecine à Paris, à l’Hôtel-Dieu, malgré l’hostilité de ceux qui l’entourent. Libre, devenue enceinte, elle découvre trop tard que son amant est déjà marié, et elle décide alors d’assumer seule son destin. C’est l’époque où la dissection des cadavres, interdite par l’Eglise, se fait en cachette. Mais le groupe auquel elle appartient est dénoncé et ses confrères masculins décident lâchement de lui faire porter l’entière responsabilité du délit. Abandonnée par tous, Caterina parvient à s’enfuir en Italie où, plus passionnée que jamais par son métier qu’elle reprend à l’hôpital, elle lutte jusqu’au bout de ses forces contre la jalousie et la misogynie de ses confrères. C’est une vie extraordinaire qu’évoque ce magnifique roman de Valeria Montaldi qui s’est fondée sur des documents authentiques. Car, contrairement à ce qu’on croit, il y eut bel et bien des femmes médecins au Moyen Age !

« La Rebelle, femme médecin au Moyen Age » est le premier ouvrage traduit de cette auteure italienne Valeria Montaldi. L’atmosphère de ce livre est un de ses points forts. C’est prenant et l’histoire gagne même en intérêt au fur et à mesure de la lecture. Le style n’est pas transcendant certes mais qu’importe, les amateurs de romans historiques y trouveront leur compte. La reconstitution est plutôt bien vue et les personnages assez finement décrits. Un livre d’été en somme. Ma note:♥♥♥♥1/2 /5.

Cinéma : « Jurassic World »

422000L‘Histoire : L’Indominus Rex, un dinosaure génétiquement modifié, pure création de la scientifique Claire Dearing, sème la terreur dans le fameux parc d’attraction. Les espoirs de mettre fin à cette menace reptilienne se portent alors sur le dresseur de raptors Owen Grady et sa cool attitude.

Impossible de passer à côté du phénomène « Jurassic World » qui secoue la planète ciné depuis sa sortie il y a quelques jours de cela, faisant tomber les records dont celui du film ayant rapporté le plus d’argent en un week-end d’exploitation avec 500 millions de dollars de recette accumulée. Alors que la suite est d’ors et déjà dans les tuyaux chez Universal, l’on peut légitimement se poser la question de savoir si oui ou non le film mérite son succès ? Ce revival des T-Rex à la sauce Spielberg a été astucieusement maîtrisé par l’équipe de « Jurassic World ». N’y allons pas par quatre chemins, ce film signé Colin Trevorrow remplit son cahier des charges sans réussir toutefois à nous faire oublier l’œuvre de Spielberg. Entre les deux réalisateurs il y a un gouffre. L’intelligence de Trevorrow c’est d’en être justement conscient et puis ce dernier a un atout dans sa manche : Chris Pratt, le héros des Gardiens de la Galaxie est à « Jurassic World » ce que Harrison Ford était à « Indiana Jones ». Un acteur adepte de la coolitude qui sait dresser des vélociraptors par son simple charisme. Un acteur hollywoodien jusque dans les stéréotypes du genre mais qui possède un second degré inné et un art consommé pour les poses de héros. Il porte littéralement le film. Le reste est un jeu gagné d’avance avec les moyens donnés aux effets spéciaux, au tout numérique, l’humour présent, notre Omar Sy qui joue ans un tout petit rôle (si si) et puis ce côté geek assumé mêlant séquences de terreur (ah ce T-Rex génétiquement modifié) et autres délires visuels qui nous font nous dire que décidément avec ces américains l’on en a pour son argent ! Le tout est foutraque à souhait, l’histoire sans réel intérêt et les péripéties vues et revues mais que voulez vous l’astuce du long métrage c’est d’avoir sût également faire de la place pour l’aspect hommage du film dans le film avec des clins d’œil ici et là sur le Jurassic Park made in Spielberg. Vous l’aurez compris, nulle déception pour ma part. On passe un bon moment de cinéma. Le film de cet été 2015 ? Ma note:♥♥♥♥1/2 /5.

356772.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 402283.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx547184.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx