Littérature : "Le grand coeur" Jean Christophe Rufin

legrandcoeur640L‘Histoire : Dans la chaleur d’une île grecque, un homme se cache pour échapper à ses poursuivants. Il évoque sa vie hors du commun et tente de démêler l’écheveau de son destin. Fils d’un modeste pelletier, il est devenu l’homme le plus riche de France. Il a permis à Charles VII de terminer la guerre de Cent Ans. Il a changé le regard sur l’Orient. Avec lui, l’Europe est passée du temps des croisades à celui de l’échange. Comme son palais à Bourges, château médiéval d’un côté et palais Renaissance de l’autre, c’est un être à deux faces. Aussi familier des rois et du pape que des plus humbles maisons, il a voyagé à travers tout le monde connu. Au faîte de sa gloire, il a vécu la chute, le dénuement, la torture avant de retrouver la liberté et la fortune. Parmi tous les attachements de sa vie, le plus bouleversant fut celui qui le lia à Agnès Sorel, la Dame de Beauté, première favorite royale de l’Histoire de France, disparue à vingt-huit ans. Son nom est Jacques Cœur.

On ne présente plus Jean Christophe Rufin, prix Goncourt et membre de l’académie française, qui signe ici la biographie pleine de chair et de souffle de Jacques Coeur, argentier du roi mais surtout l’un des tout premier Self made man que l’Occident et le royaume de France eût connu. Nous sommes au milieu du XVème siècle et un monde s’effondre avec la fin de la Guerre de Cent ans qui opposa Français et Anglais, mais également la chute de Constantinople prise par les Turcs, l’argent, le numéraire prend le pas sur la fortune faite avant presque uniquement par le biais des terres exploitées, la bourgeoisie s’engageant alors dans un processus irréversible de désir d’accès aux plus hautes fonctions. Nous en sommes encore qu’aux prémices, mais le pas est franchi après Jacques Coeur. Le Moyen âge se dissipe dans les limbes du passé tandis que la renaissance s’annonce à grand pas. « Le grand coeur » nous plonge dans cette vie qui méritait en effet un roman tant elle est pleine de sommets et de chutes, de rebondissements, de drames.. Rufin nous le rend si proche de nous en choisissant la première personne du singulier, ce « Je » qui fait sens en nous immergeant avec délice dans les pérégrinations picaresques du héros. La cour, Charles VII, Agnès Sorel, première favorite du roi et jeune femme d’une beauté sidérante qui ne laissera pas insensible notre cher Jacques Coeur. Tout cela est sublimé par un style d’écriture jamais pesant mais bel et bien léger comme la plume de celui qui a voulu rendre ici un vibrant hommage au grand homme originaire de sa ville natale de Bourges où l’on peut notamment visiter le palais sublime du marchand et financier. A dévorer sans modération. Ma note:♥♥♥♥♥/5.

5472577728_7e6128af77_bpalais-jacques-coeur palais-jacques-coeur-bourges-1361973778 phbd00-2291_bd

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , | 2 Commentaires

Histoire : "Le Mythe Hitler" – "L’opération Walkyrie"

b984c0224619a23f1be77dba174dcc34L’Histoire : « Mon Führer que j’adore avec ferveur ! C’est votre anniversaire et nous n’avons que deux vœux ardents : que tout, dans notre patrie, soit aujourd’hui et demain exactement comme vous voulez que cela soit, et que Dieu vous préserve pour nous à jamais ! Votre fidèle E. E. " Telle cette Berlinoise en 1935, ils furent des milliers à témoigner leur adoration au Führer – jusqu’à Stalingrad. Hitler n’était-il pas un génie politique, doublé d’un homme simple et bon, photographié ici embrassant un enfant, là au côté d’un vieillard hospitalisé ? Un célibataire qui sacrifiait les bonheurs de la vie maritale à la grandeur du destin de l’Allemagne ? Un chef capable d’annexer l’Autriche sans verser une goutte de sang ? Un grand bâtisseur, enfin, qui avait su relever son pays de la misère… Ce culte de la personnalité fut l’élément clé de l’intégration politique au système nazi. Seule la puissance du mythe était à même de contenir les forces centrifuges du Parti : si ses dignitaires étaient parfois perçus comme des individus cupides et hypocrites, Hitler faisait figure d’incorruptible héros de la nation. Et quand le parti se livrait à des exactions, c’était sans l’assentiment de son Führer. Les enquêtes d’opinion secrètes effectuées par les autorités nazies confirment l’effrayant diagnostic posé par Hitler lui-même : " la grande masse de la population allemande a besoin d’une idole ».

On ne présente plus l’historien Ian Kershaw qui est l’un des plus éminents spécialiste du IIIème Reich, dont la biographie exceptionnelle sur Adolf Hitler a fait date. « Le Mythe Hitler » s’attache à nous démontrer par quels mécanismes s’est construite l’image du Führer auprès du peuple allemand. La problématique et les différentes parties qui composent ce travail historique riche et passionnant, nous offrent une perspective nouvelle sur l’idée que les Allemands, qu’ils soient nazis forcenés ou simple mortel, se sont fait de leur guide durant ces douze années qui auront marquées l’histoire humaine à jamais. L’écriture est agréable, le fond et la forme se conjuguent pour faire sens et c’est avec effroi que nous plongeons dans ces temps où un homme, seul, entouré d’une cour de paladins fanatiques et liés par un serment sanguinaire, a pu constituer une image subjuguant les Allemands jusqu’aux premiers revers sur le front de l’Est au tournant de l’hiver 1941. La dissociation entre l’arrivisme, les crimes et les abus nombreux perpétrés par la clique des membres du parti nazi, avant et pendant la guerre, et ce mythe d’un Hitler à qui l’ont cachait la vérité, est assez édifiante. Jusqu’à Stalingrad, on pourra dire que les Allemands n’ont pas su ou du moins voulu ouvrir les yeux sur un régime dont les pulsions destructrices étaient au cœur même du système dont la pierre angulaire était Adolf Hitler. Le rejet de l’attentat du 20 Juillet 1944 contre Hitler par une large partie de la population allemande, démontre que le mythe du Führer était encore capable de soubresauts. Ce qui ressort de ce livre, c’est toute la complexité de l’engagement ou de la crédulité de ces hommes et de ces femmes qui ont été happés, pour de multiples raisons convergentes ou divergentes, par cette idée qu’ils se sont faite, ou plutôt, qu’on a bien voulu leur laisser entrapercevoir, de cette énigme que restera pour beaucoup d’Allemands de cette période, le véritable Adolf Hitler. Ma note:♥♥♥♥♥/5.

l-operation-walkyrie-juillet-1944-ian-kershaw-9782081314948L’Histoire :Le 20 juillet 1944, une bombe éclate au quartier général de Hitler, la " Tanière du loup ". L’instigateur de l’attentat, Claus von Stauffenberg, rentre à Berlin, pour mettre en oeuvre le coup d’État qu’il a préparé avec les autres conjurés ; mais la nouvelle que le Führer a survécu fait tout échouer. La " chance du diable a encore frappé et la vengeance de Hitler sera terrible… " L’opération Walkyrie " a été un coup de tonnerre dans l’histoire du Ille Reich. Il faut se représenter le courage de ces hommes d’honneur, dont le dilemme était terrible : tuer Hitler, c’était décapiter l’Allemagne alors que le pays se trouvait dans une situation critique, menacé de perdre la guerre ; cela signifiait, en cas d’échec, l’accusation de haute trahison, l’ignominie. Adapté de la biographie que Ian Kershaw spécialiste mondial du nazisme, a consacrée à Hitler, ce livre propose le récit, quasiment heure par heure, de l’attentat et de ses suites. Il éclaire la personnalité des conjurés et détaille le châtiment qui s’est ensuivi à l’aide de documents très peu connus du grand public (rapports de la SS, récit des exécutions, dernières lettres des conjurés avant de mourir…).

Massivement rejeté par le peuple Allemand au moment où il eut lieu, l’attentat du 20 juillet82213314 1944 contre Adolf Hitler reste à ce jour, l’un des plus grands symbole d’une résistance intérieure allemande face au dictateur. Même si l’issue est tragiquement connue, il est intéressant de pouvoir embrasser l’étendu des échecs successifs pour tuer Hitler. Le moins que l’on puisse dire c’est que pour le plus grand malheur de ces contemporains, il eut la baraka, la « chance du diable » comme le sous titre de l’ouvrage de Ian Kershaw. Ce dernier explique avec minutie et forces détails les tenants et les aboutissants de ce complot malheureux qui prolongea la guerre de près de 9 mois, avec tout son lot de souffrances et de barbaries. Un témoignage qui à l’heure de fêter les 70 ans de cette tentative quasi suicidaire, nous démontre toute la complexité d’une telle opération dans un état terroriste mais également le courage et l’abnégation de ces hommes. A ce titre, le livre leur rend un vibrant hommage. Ma note:♥♥♥♥1/2 /5.

Mussolini-Hitler_dégâts_abriVolksgerichtshof, Reinecke, Freisler, LautzGedenkstaette_Ploetzensee01

 

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , | 2 Commentaires

Histoire : "D Day et la Bataille de Normandie" Antony Beevor

81ToDxnRYtL._SL1500_L’Histoire : Le débarquement allié en Normandie, le 6 juin 1944, passe à juste titre pour un des grands tournants de la Seconde Guerre mondiale – à tel point que, dans l’esprit de nombreux Français, le reste de la guerre ne fut qu’une formalité. Or il n’en est rien. La bataille de Normandie fut longue, difficile, émaillée d’atrocités – et décisive. D-Day et la bataille de Normandie est le premier livre d’historical narrative à l’anglo-saxonne sur ces trois mois de guerre totale publié en France depuis Le Jour le plus long de Cornelius Ryan. Antony Beevor a pu consulter des archives récemment ouvertes aux États-Unis et en Angleterre, mais aussi des documents inédits allemands, français et canadiens, et retrouver des enregistrements originaux, dont les debriefings des soldats américains sur le terrain, nous offrant ainsi une reconstitution entièrement nouvelle et à rebours des mythes dominants.
« D Day et la bataille de Normandie » couvre les événements du débarquement le 6 juin 1944 à la libération de Paris le 25 août 1944. Comme à chaque fois avec Antony Beevor, le style est limpide et se lit comme un roman de l’horreur des combats qui ont secoué la Normandie durant ces trois mois. La rigueur historique n’est pas non plus omise et l’ensemble de dégager à la fois de l’érudition et du plaisir de lecture. Rarement les faits auront été racontés avec une telle précision en usant d’une échelle multi-scalaire. De la grande histoire avec ces mythes à la plus infime partition jouée par les combattants de l’ombre, ces soldats Américains, Anglais, Polonais, Canadiens et bien sûr Français avec la fameuse 2ème DB du général Leclerc, Allemands, « Hiwis » ou Russes blancs. Le récit de ce que beaucoup d’historiens appelleront le « Stalingrad en Normandie », le chaudron du bocage et cette lutte héroïque d’hommes et de femmes broyés par la réalité d’un conflit où l’indicible se conjuguait chaque jour, du matin au soir, pendant ces nuits de bombardements incessants à rendre fou les hommes comme les bêtes. Il n’est pas un village, pas un bois, un champ qui n’ait eu son lot d’abominations et de pertes effroyables dans les deux camps. A l’heure ou l’on célèbre le 70ème anniversaire du débarquement et de la bataille de Normandie, il est à mon sens vital de nous replonger dans ces moments où le sort de l’humanité tout entière se jouait. La liberté chèrement acquise face à la barbarie nazie était à ce prix et nous de mesurer que cette dernière n’est pas un acquis tombé du ciel mais bien un combat de chaque instant afin de conserver pour nos enfants et petits enfants l’espérance d’un monde libre.

Ma note:♥♥♥♥♥/5.

dday_2 debarquement-plage-normandie-gi-us-6-juin-1944p012449 30_caen02 41_cobra01

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , | 2 Commentaires

Comic Book : "Captain America" – "Watchmen"

 

img_comics_4137_captain-america-legende-vivanteL’Histoire : Steve Rogers est un vrai patriote qui veut défendre son pays et le reste du monde contre les troupes d’Hitler. Servant de cobaye pour le programme "Opération Renaissance", le frêle Rogers se transforme en un homme aux capacités physiques exceptionnelles. Sous l’uniforme de Captain America, il incarne la liberté depuis la Deuxième Guerre mondiale. Captain America, Sharon Carter, Nick Fury et le Faucon élucident le mystère du soldat de l’hiver tandis que dans l’ombre leur vieil ennemi Crâne Rouge continue de comploter…

On retrouve dans cette édition en format Deluxe les quatorze premiers épisodes de la série Captain America parue depuis 2005 (hormis le dixième, lié aux événements de House of M). L’histoire écrite par Ed Brubaker et dessinée par Steve Epting, Michael Lark, Mike Perkins et John Paul Lean, c’est avec un plaisir évident que je me suis plongé dans l’univers d’un des Comic book les plus populaire. Le scénario est plus qu’astucieux et cette quête pour deviner qui se cache sous les traits de l’énigmatique Soldat de l’Hiver, un tueur russe qui sévit déjà depuis plusieurs décennies, est passionnante car elle nous réserve son lot de rebondissements. Après avoir vu le second Captain América au cinéma tout récemment, il est intéressant de découvrir plus en profondeur l’univers de ce dernier. La qualité du papier, les couleurs, font de ce Comic book un bien bel objet à offrir ou à s’offrir selon l’humeur du jour.. Dans la même collection, je vous recommande également les « Watchmen » que j’ai personnellement adoré. Ma note:♥♥♥♥♥/5.

captain-america-winter-soldier-ed-brubaker-steve-eptingwatchmen_color_by_jprart

 

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , | 6 Commentaires

Musique : Yann Tiersen "Infinity" – Lana Del Rey "Ultraviolence" – Kasabian "48:13" – Lia Ices

yann_tiersen_infinityJe dois vous l’avouer, j’avais quelque peu perdu de vue la carrière du breton Yann Tiersen. La faute à une surexposition médiatique il y a une dizaine d’années de cela qui n’était pas le fruit d’une quelconque compromission artistique, non ça le bougre n’en veut pas. Il poursuit ici avec ce nouvel album à la pochette délicieusement rêveuse et mystérieuse, son travail de mélodiste hors pair, capable de nous plonger dans des univers oniriques. Celui-ci ne déroge pas à la règle. Tel qu’en lui même, il poursuit ses pérégrinations et nous de nous imaginer dans la lande irlandaise battu par les vents et une petite bruine légère. C’est doux, profondément apaisant, sublime comme sur « Infinity » et ses violons noyés dans les bourrasques et le bruit de la mer rugissante. Traversé de purs moments de grâce, on lui pardonnera les quelques errements qui ici et là signent les aspérités d’un disque aux vertus minérales, non conventionnel et sincère. Pour ceux, curieux qui souhaiteront l’écouter sur Lp ou le découvrir en live, le temps des réjouissances s’annoncent précoce cette année. Ma note:♥♥♥♥♥/5.

https://www.youtube.com/watch?v=-_2HyXODMg0

lana-del-rey-ultraviolence-2014Le voilà enfin, le digne successeur de « Born to Die », il s’appelle « Ultraviolence » et l’on peut dire sans mauvais jeu de mots que ce titre correspond parfaitement à l’état d’esprit insufflé à cet album sombre et torturé. Lana Del Rey y confirme tout le bien que l’on pouvait penser d’elle. Une voix sublime, des musiques qui forment autant de beaux écrins aux textes déprimés de l’artiste. « I’m a sad girl » chante t’elle d’ailleurs ou bien encore « Pretty when you cry ». L’ensemble ressemble à de la pop sophistiquée avec l’âme en prime, à la fois soul, rock et puis ce côté très saisissant des atmosphères spectrales qui hantent ce LP. Très bien produit, nulle doute qu’ « Ultraviolence » n’a pas fini de nous accompagner. Carton assuré. Ma note:♥♥♥♥♥/5.

https://www.youtube.com/watch?v=oKxuiw3iMBE&list=PLMFUaRAk0WsZFrGmAm8MGRiRZ-5XUeBCy

kasabian-48-13-album-cover-1024x1024« 48:13 », la durée du LP pour faire figure de titre, Kasabian et ses leaders que sont Sergio Pizzorno (le guitariste et compositeur du groupe) et Tom Meighan (chanteur et grande gueule) ne s’embarrassent pas de fioritures. Carré cet album l’est assurément. On ne change pas une formule qui gagne, depuis dix ans Kasabian creuse le même sillon de rock festif et dansant avec ce mordant et cette attitude qui ne sont pas sans rappeler leurs illustres aînés, les frères Gallagher d’Oasis. Les titres s’enchaînent et nous de nous dire qu’ils sont sans doute le seul groupe véritablement populaire au sens « lads » du terme depuis Oasis au Royaume-Uni. Énergique et entêtant. Ma note:♥♥♥♥1/2 /5.

https://www.youtube.com/watch?v=ST6nEvIEY4s

PrintAutre jolie nouvelle, la sortie d’un nouveau LP pour la talentueuse et non moins jolie  Lia Ices (que je vénère) le 16 Septembre 2014. Il s’appelle « Ices »et c’est toujours sur le label jagjaguwar. Un premier extrait en écoute ici « Thousand eyes » :
https://www.youtube.com/watch?v=BXTJ5JHNC1Q

Lia_Ices_5-600x752

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | 4 Commentaires

Cinéma : « Edge of Tomorrow »

300170L’Histoire : Dans un futur proche, des hordes d’extraterrestres ont livré une bataille acharnée contre la Terre et semblent désormais invincibles: aucune armée au monde n’a réussi à les vaincre. Le commandant William Cage, qui n’a jamais combattu de sa vie, est envoyé, sans la moindre explication, dans ce qui ressemble à une mission-suicide. Il meurt en l’espace de quelques minutes et se retrouve projeté dans une boucle temporelle, condamné à revivre le même combat et à mourir de nouveau indéfiniment…
Tom Cruise et le genre Science fiction on peut dire que c’est une affaire qui roule. Cette fois-ci il endosse pour une énième fois le rôle du héros sauveur de l’humanité menacée par des entités extra-terrestres dans « Edge of Tomorrow » avec à ses côtés au casting la séduisante Emily Blunt, particulièrement à son aise ici. Confirmant les chiffres décevants de son précédent long métrage, le mésestimé « Oblivion » (encore de la SF), « Edge of Tomorrow » n’a pas rencontré son public que ce soit en France ou aux États-Unis, avec des scores confirmant une sorte de désamour entre le public et la star hollywoodienne. Pourtant, le bougre ne se moque pas de ses fans en leur offrant une nouvelle fois un film solide mais sans génie, rythmé, bourré d’effets spéciaux, spectaculaire, avec même un zeste d’humour (l’autodérision du héros Cruisien est assez réussi), une petite histoire d’amour pour donner un peu de piment, bref une sauce qui prend bien. Point fort du film, le scénario qui nous intrigue pendant les deux tiers de ce film, avant malheureusement de sombrer dans une fin pas à la hauteur des prémices du récit. A défaut d’être génial, l’ensemble ne mérite pourtant pas d’être boudé à mon sens. « Edge of Tomorrow » remplit son contrat en nous offrant un très bon divertissement avec un casting solide, Tom Cruise en tête. Ma note:♥♥♥♥1/2 /5.

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19540735&cfilm=185030.html

420386.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 434004.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 523677.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , | 2 Commentaires

Cinéma : "X Men Days of future past"

X-Men-Days-of-Future-Past-Affiche-France-FinaleL’Histoire : Les X-Men envoient Wolverine dans le passé pour changer un événement historique majeur, qui pourrait impacter mondialement humains et mutants.
Faisant suite au déjà réussi « X Men le commencement », « X Men Days of future past » enfonce le clou et de quelle manière. Bryan Singer nous prouve ici qu’il n’a en rien perdu de sa maestria avec ce divertissement pop-corn en mode effets spéciaux stéroïdés. Dès les premières minutes l’action nous prend aux tripes pour ne plus relâcher son emprise. Le casting est impeccable avec Michael Fassbender et Hugh Jackman en tête (ce dernier étant particulièrement charismatique). Le cocktail, mélange d’actions, d’images assez incroyables (ah ce stade de football américain qui vole pour tomber au dessus de la Maison Blanche et ainsi l’encercler.. si si je n’invente rien) et d’humour remplit pleinement son contrat. C’est roboratif à souhait et correspond parfaitement à mon attente en cette belle journée de Printemps. Logan/Wolverine est vraiment un personnage attachant et puis quel plaisir de retrouver la sublime Jennifer Lawrence dans celui de Raven/Mystique. L’Histoire de l’Amérique de ces quarante dernières années est relu avec une malice bienvenue. Si vous aimez la saga X Men ou si tout simplement vous voulez passer un bon moment devant un excellent film de Science fiction, « X Men Days of future past » est fait pour vous ! Ma note:♥♥♥♥1/2 /5.

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19545059&cfilm=195128.html076935.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 424837.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 21055278_20131106123433928.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , | 2 Commentaires